La vente de vin bio continue son expansion avec +25% de ventes en valeur depuis 2017 malgré un marché du vin en déclin avec en tête de file les consommateurs réguliers de produits bio et les « néo-quinquas ».

 

3W.relevanC s’appuie sur les données des 15 millions de porteurs de carte de fidélité des clients des enseignes du groupe Casino pour analyser l’évolution du comportement de consommation des Français entre 2017 et 2018.

 

Aujourd’hui, le bio représente toujours une petite part des ventes en valeur de vin (2%) dans les grandes surfaces, surtout lorsqu’on la compare à l’expansion du bio dans la consommation.

Cependant, dans un contexte de baisse globale de la consommation de vin, le marché du vin bio affiche une parfaite santé. Avec un boom des ventes en valeur de 25% depuis 2017, porté notamment par une augmentation du nombre d’acheteurs de plus de 24%, le bio se fraie peu à peu une place. Autre élément de satisfaction et qui laisse présager de belles perspectives : parmi les acheteurs de vins bio, 20% sont des nouveaux venus sur ce marché.

 

Les personnes déjà appétentes au bio sont les premières à naturellement se tourner vers le vin bio n’utilisant que des produits d’origine naturelle. En effet, contrairement aux acheteurs de vin classique, ils portent une attention toute particulière à la qualité, l’origine et le caractère responsable du produit qui constituent désormais des critères majeurs dans leur choix de vin.

 

Par ailleurs, les tendances montrent aujourd’hui que l’achat de vins bio concerne toutes les tranches de population avec un succès encore plus frappant chez les « néo-quinquas » qui privilégient une bonne hygiène alimentaire et pour qui le bio est devenu un élément essentiel.

 

Enfin, nous notons que le vin bio n’est pas qu’un phénomène parisien ! Les régions qui migrent le plus leur consommation de vin vers le bio sont l’Ile-de-France, l’Occitanie et la Bretagne !